Impressions Multiples

PORTRAITS DES ÉTUDIANTS ORGANISATEURS DU SALON IM#6

Jill Chauvat

« En passant par l'archivage, le journal, le sampling, je crée de la narration par la mise en relation d'images souvent récupérées de films et univers musicaux. »

Gabriel Courrier

« Dans mon travail, je cherche à lutter contre l'invisibilisation des personnes trans. Dire que ce sont des vraies personnes, qui existent en vrai, et que nous avons le droit d'exister. Je cherche à nous humaniser auprès des autres, les gens dits normaux, en témoignant, en sortant de la binarité homme/femme, et aussi sortir de la blague du travesti marrant. Et j’essaie de faire tout ça de façon simple et claire, pour être compris, ne plus être dans le nous contre vous, par l'illustration, l'estampe et l'édition. »

Suzanne Leprince

« Mon travail photographique se construit à travers un inventaire personnel de formes et de structures végétales modifiées. »

Laëtitia Martinez-Perez

Cyprien Mellet

« Ma démarche se base sur une recherche graphique constante, utilisant la ligne, la forme, la couleur, le trait... Ces recherches graphiques je les appelle compositions. Si Kandinsky parle de confrontation entre compositions et constructions pour s’opposer au constructivisme, moi je parle de compositions car je compose avec les lignes, formes, un objet graphique doté d’un rythme ou d’une idée de musicalité, et c’est dans un sens là le début de mon travail. »

Woorim Moon

« Je peins souvent en utilisant mes sublimes souvenirs (histoires de voyages, un petit souvenir que j’ai trouvé dans la rue ou l’histoire d’une soirée avec mes amis). En général, moi je m’ennuie souvent, je bouge donc souvent pour ne pas m'ennuyer. J’essaie toujours d’être extrême pour trouver juste une petite histoire ou un objet dans la rue. C’est pour ça que depuis un moment, je dessine souvent sur un objet que j’ai trouvé dans la rue et j’exprime dessus les histoires street. Mes expériences me font sentir vivant dans la vie. Pour moi la réflexion de mes objets, étaient un moyen de me trouver dans la société, avoir mes amis et me soigner moi-même et maximiser ou évoluer mes idées quotidiennes. J’aime aussi voyager, dessiner des endroits qui m’étaient inconnus, inventer de nouvelles histoires. Lorsque ma tête est pleine d’images, je peux dessiner une journée entiè̀re. L’art que je fais, est donc mon habitude de vie, la représentation de la vie des gens que j’observe, mes pensées, et le paysage qui m’entoure ou ceux dont je me souviens. »

Charlotte Nguyen

« J'ai un travail de prise de note essentiellement photographique, à partir duquel je produit de nouvelles images (estampes et vidéos principalement). Je me donne la liberté de produire rapidement autour de notions de reproduction et d'appropriation dans un premier temps. Mon travail est plus proche de la production en série de nouveaux objets que du journal quotidien. »

Lou Parisot

« Je travaille en sculpture, installation et édition et je porte un intérêt particulier pour le fragment, les curiosités, la science, la chair et le monstrueux. La sculpture est pour moi quelque chose de très chirurgical, je crée des formes organiques qui invitent à se rapprocher tout en jouant sur le rapport familier ou dérangeant de ces formes. Et même lorsqu'il s'agit d'édition ou de dessin je conçois la forme en volume comme un véritable objet que l'on peut manipuler, déplier ou même avaler. »

Camille Ragnaud

« Je m'intéresse à la question de la manipulation, de l'agrandissement, de la reproduction, mais plus précisément à notre rapport aux images, à notre perception vis-a-vis de celle-ci. Mon travail est une production d'images abstraites faite d'accumulation et d'effacement. »

Yingtong Zhao

« Je m'intéresse toujours aux paysages, l'environnement et la vie quotidienne. J'aime bien travailler de différentes façons (peinture, lithographie, photographie, faire des vidéos) et aussi créer des œuvres en collectant des objets de la vie quotidienne aussi divers que variés. »